Festival 2018 Du 22 au 25 novembre
Festival Livre à vous à Voiron sur facebook

En préambule

Apéros lectures

En amont du festival, des lecteurs amateurs découvrent les textes des auteurs invités. Encadrés par l’association Dédicaces, ils préparent des lectures à haute voix afin que le public s’imprègne de leurs œuvres. Ces apéros-lectures ou lectures musicales se déroulent dans des lieux, dédiés ou non à la culture, dans l’ensemble des communes partenaires.
Une heure de lecture musicale pour entrer dans l’univers des auteurs invités par Pierre Péju et Jo Witek, invités d’honneur de la 10e édition du festival Livres à vous. Entrée libre

Avec Oda, François Rose et Patrick Masson. Accompagnement musical : Pierre Bégot et Bruno Hog / Lecture dirigée par Sophie Vaude et Philippe Renard (Dédicaces)

Exposition Les petites bêtes, Antoon Krings

Exposition d’illustrations d’Antoon Krings

Lecture projections jeunesse

Des lectures et des projections proposées par l’association Au fil des mots, pour appréhender l’univers des auteurs et illustrateurs invités. Entrée libre

Lectures dans les gares

Petit-déjeuner offert par la SNCF et lectures musicales.

Prix du festival Livres à vous : soirée Speed booking

Le festival lance cette année son prix, récompensant un ouvrage de littérature adulte et un ouvrage de littérature adolescente. Une soirée « speed booking » sera organisée à l’occasion de laquelle deux lauréats seront sélectionnés. Cette soirée réunira toutes les Tribus Livres à vous pour cette soirée conviviale.
Les noms des lauréats seront dévoilés durant la soirée inaugurale.

> Mercredi 7 novembre à 19h (carré d’Ars - Le Pin)

Deux invitations à écrire cette année !

Pour la 10e édition du festival Livres à vous, participez non pas à une mais deux Invitations à écrire ! Le festival vous propose en effet une double Invitation à écrire avec le concours traditionnel lancé l’an passé (voir le dos du document), mais aussi une Invitation à écrire collective, appelée « Libre à vous ».

Libre à vous
Nous vous invitons à nous adresser une ou plusieurs strophes qui débutera ou se terminera par « Libre à vous ». L’ensemble de ces strophes sera mis bout à bout et formera un poème collectif publié sur le site internet du festival et autre support.
Strophe(s) à envoyer à : livresavous@paysvoironnais.com
avant le 15 septembre 2018

Concours traditionnel de l’invitation à écrire
Depuis l’an passé, l’Invitation à écrire est devenu un concours. Les noms des lauréats seront dévoilés lors de la soirée inaugurale le 23 novembre sur la scène du Grand Angle. Il sera également publié dans les pages du Dauphiné Libéré et lu le dimanche 25 novembre lors du salon.
Pour ce deuxième concours organisé par le festival Livres à vous, deux phrases vous sont proposées par Jo Witek et Pierre Péju.
« Les insultes, j’ai connu. Tout finit toujours par se savoir » Jo Witek
« Le plus difficile était de partir, de claquer la porte, mais une fois en route… » Pierre Péju

Cette invitation à écrire n’impose aucune forme : nouvelle, conte, récit, poème, chanson, réflexion philosophique, fragment…) , sans registre imposé : dramatique, comique, lyrique… Cette invitation à écrire est donc un temps et un espace de liberté presque totale… mais encadré tout de même !

RÈGLEMENT
- Les textes doivent s’inspirer d’une des deux phrases proposées par Jo Witek et Pierre Péju, invités d’honneur 2018.
- Date limite d’envoi : le 15 septembre 2018 à livresavous@paysvoironnais.com
- Les textes envoyés seront dactylographiés et n’excéderont pas 2000 signes (espaces compris) et feront mention de vos coordonnées téléphoniques, postales et mail.
- Les noms des lauréats seront dévoilés lors de la soirée inaugurale le 23 novembre sur la scène du Grand Angle. Il sera également publié dans les pages « Voiron » du Dauphiné Libéré, édition « Du Voironnais à la Chartreuse, et lu le 25 novembre lors du salon.
- Les auteurs autorisent la lecture publique de leur texte, ainsi que la publication dans un recueil, sur le site Internet du festival et dans le Dauphiné Libéré.

Lectures avec chauffeur

Les Lectures avec chauffeurs sont une action emblématique du festival Livres à vous. Des voitures anciennes appartenant à l’association Les Vieilles soupapes du Pays Voironnais s’installent dans plusieurs lieux, et notamment les quartiers de Brunetière à Voiron. Ce projet consiste à remplir les coffres des voitures de livres des auteurs invités lors du festival.
Les voitures investissent les quartiers et chacun est invité à prendre un livre, à monter dans la voiture où un lecteur lit un passage du livre choisi, puis repart avec le livre dans les mains. Ces Lectures avec chauffeurs investissent également les places, les marchés et autres lieux publics, sur l’ensemble des communes partenaires.

Retrouvez une des animations des plus emblématiques du festival et ses voitures de collection aux coffres remplis de livres. Choisissez, écoutez une lecture installé dans une vieille voiture et repartez avec votre livre !
En partenariat avec les Vieilles Soupapes du Voironnais, les Vieux Segments du Val d’Ainan et les lecteurs amateurs du territoire

Mercredi C’est ... Créa en plein air !

Atelier créatif animé par Isabel Dumontaux dans le cadre de "Voiron fête l’été" et du festival "Emotions de rue"
Venez habiller un arbre avec de petites constructions en papier coloré à la manière de Clotilde Perrin, invitée au festival "Livres à vous" 2018.
Tout public
> Mercredi 11 juillet de 14h à 18h (jardin de ville - Voiron)

Exposition Mère, fille mère, etc. , de Jo Witek et Sylvie Goussopoulos

Portraits photographiques et littéraires
Mère, fille, mère, etc. est le fruit d’une rencontre entre l’écrivaine Jo Witek, la photographe Sylvie Goussopoulos et des femmes, mères de famille du quartier du centre ancien d’Agde. Ensemble, elles se sont interrogées sur leurs modèles féminins, le lien mère-fille, la transmission familiale, culturelle, leurs rêves d’avenir. Ensemble, elles se sont engagées vers un croisement des histoires et des mémoires, pour partager cette vie de quartier qui les rassemble mais aussi leurs récits individuels, leurs regards singuliers sur la société d’aujourd’hui.

> Au Centre social de Voreppe

Exposition Marcher à Kerguelen, Bertrand Lesort

Exposition photographique, en écho au dernier livre de François Garde Marcher à Kerguelen qui raconte une expédition à quatre, dont Bertrand Lesort a fait partie.

Exposition La traversée des eaux, Mathilde Darel et Jean-Louis Roux

Photographie et poésie
Un « poème-fleuve » et des photographies bleues : tout indique qu’il va être ici question d’eau courante et de cours d’eau. Utilisant l’un des plus anciens procédés de tirage photographique, le cyanotype, Mathilde Darel a saisi les rives de la rivière, les berges de l’Isère. Sur ces images aux tons bleu cyan, Jean-Louis Roux a composé une longue rivière de vers, déroulant les métamorphoses et les fantasmagories de l’eau vive. Ils ont nommé cela La Traversée des eaux. C’est le titre d’une exposition qui sera présentée au Grand Angle de Voiron et d’un livre qui sera publié à cette occasion.
Exposition organisée dans le cadre de la programmation Morte saison / Art vivant ! du Grand Angle

> Du 13 novembre au 13 décembre (Grand Angle - Voiron)

Exposition : Tohu Bohu, de Rémi Courgeon

Illustrations tirées de l’album éponyme paru chez Nathan 2016
Le Tohu Bohu de Rémi Courgeon est un joyeux bazar, un concentré d’humour et de poésie. L’auteur s’amuse à détourner les instruments de musique et leurs expressions pour nous raconter une anecdote qu’on ne voit pas forcément venir. L’œil du lecteur est tour à tour happé par le texte qui joue sur le sens et l’homophonie des mots, et les illustrations, faussement simples. L’utilisation de l’encre de chine, élément central, est complétée à merveille par quelques éléments en couleur, dont l’instrument. À l’imagination du lecteur de faire le reste. Petits et grands sauront y déceler les clins d’œil disséminés, comme le joueur de flûte de Hamelin et les nombreux détails que recèle chaque double page. Qu’on soit plutôt trombone à coulisses ou violoncelle, on trouvera de quoi satisfaire ses envies de jeux de mots, quitte à en inventer d’autres pour compléter les trouvailles de Rémi Courgeon. Avec un seul mot d’ordre : s’amuser !

> Au Conservatoire de Voiron

Exposition Voyage étonnant, de Clotilde Perrin

Trois cabinets de curiosités ont été créés suite aux trois ouvrages de Clotilde Perrin L’enfant lumineux, L’enfant minuscule et L’enfant volant parus aux éditions Rue du Monde. Cette exposition donne une nouvelle dimension à ces trois histoires. L’enfant et l’adulte sont invités à découvrir trois cabinets de curiosités en manipulant des objets, en appuyant sur des boutons, en tirant et ouvrant des tiroirs secrets, en regardant dans des petits trous mystérieux et en écoutant l’histoire à l’aide d’écouteurs.
Cette exposition a été conçue pour aller à la découverte de ces trois histoires d’enfants aux pouvoirs magiques de manière ludique et étonnante.

> Du 5 novembre au 8 décembre (médiathèque de Voiron)

Exposition Vivre ici, parcours de femmes immigrées, Mehrak

Exposition organisée à l’occasion de la venue de Cécile Ladjali
Alors que l’air du temps est parfois violent, l’itinéraire discret et tenace de ces femmes force l’estime et le respect. Il témoigne aussi que la solidarité est le recours et la réponse à beaucoup de maux. Leurs racines étaient en Roumanie, en Inde, au Kosovo, en Chine, en Iran, en Turquie, au Mali, en Egypte, au Kosovo... La France est devenue leur pays. En fallait-il de la détermination pour, simultanément, apprendre le français, trouver un logement, un travail et veiller sur les siens... De la générosité pour que celle-ci crée une association d’entraide, celle-là un relais intergénérationnel, qu’une troisième donne des cours de danse... Aïssa, Marielena, Zin Minn, Ayako ou Howida, chacune a milité à sa manière, convaincue d’avoir un rôle à jouer dans la société. Colombienne, Ukrainienne, Arménienne, Birmane, elles sont venues d’Europe et d’ailleurs. Elles ont eu pour la plupart des parcours cabossés, certaines ont divorcé et supporté seules la charge et l’éducation de leurs enfants, ont perdu leur statut social. Elles ont dû vaincre des obstacles pour s’imposer.

Matinée professionnelle : La littérature adolescente

En partenariat avec la Médiathèque Départementale de l’Isère, une matinée professionnelle autour de la littérature ado est programmée en amont du festival. Animée par Thierry Caquais, cette table ronde réunira autour de la médiation de ce genre littéraire :
Jo Witek, auteure
Yann Rambaud, auteur
Laurence Faron, directrice de la maison d’édition Talents Hauts.

> Jeudi 4 octobre de 9h à 12h

Renseignements auprès de la coordination du festival : livresavous@paysvoironnais.com
 

Exposition : Grandir fille, de Rémi Courgeon

Une exposition d’illustrations rassemblant les figures féminines de l’œuvre de Rémi Courgeon avec Les cheveux de Leontine (Nathan, 2008), La harpe (Flammarion, 2010), Brindille (Milan, 2012), Passion et Patience (Milan, 2016), Tiens-toi droite (Milan, à paraître)

> A la bibliothèque de Saint-Jean-de-Moirans

Premier prix Livres à vous !

Pour sa 10e édition, le festival Livres à vous lance son prix !
Deux catégories ont été créées pour ce prix des lecteurs qui récompensera 2 livres des auteurs invités : 1 catégorie littérature pour adultes et 1 catégorie littérature pour ados. Ces livres sont disponibles en prêt dans les bibliothèques du réseau du Pays Voironnais. Il ne vous reste plus qu’à les dévorer !
Si vous avez particulièrement aimé l’un d’entre eux et si vous souhaitez voter pour lui mais aussi convaincre d’autres que c’est le livre incontournable de la sélection, vous êtes invité à participer à la grande soirée "speed-booking" qui se tiendra le mercredi 7 novembre au Carré d’Ars du Pin (un bus gratuit sera mis en place au départ de Voiron).
Vous pouvez également :

 

1

CATÉGORIE LITTÉRATURE "ADULTE"  :

Mary, Mercy, Patty de Lola Lafon (Actes Sud)
En février 1974, Patricia Hearst, petite-fille du célèbre magnat de la presse William Randolph Hearst, est enlevée contre rançon par un groupuscule révolutionnaire dont elle ne tarde pas à épouser la cause, à la stupéfaction générale de l’establishment qui s’empresse de conclure au lavage de cerveau.
Mercy, Mary, Patty par Lafon
Au recommencement du septième jour de Luc Lang (Stock)
4 h du matin, dans une belle maison à l’orée du bois de Vincennes, le téléphone sonne. Thomas, 37 ans, informaticien, père de deux jeunes enfants, apprend par un appel de la gendarmerie que sa femme vient d’avoir un très grave accident, sur une route où elle n’aurait pas dû se trouver. Commence une enquête sans répit alors que Camille lutte entre la vie et la mort.
Résultat de recherche d'images pour "Luc Lang : Au commencement du septième jour"
Reconnaissance de Pierre Péju (Gallimard)
« Un soir, dans un refuge de haute montagne, un mystérieux randonneur m’a fait don d’un bloc transparent qu’il prétendait être le "Cristal du Temps". Plus tard, au lieu de me remettre à la rédaction de mon roman, j’y ai plongé les yeux. Des moments de ma vie ont surgi en désordre : scènes banales ou incongrues, êtres perdus de vue, anecdotes auxquelles je n’aurais jamais repensé… 
Reconnaissance par Péju
Benedict de Cécile Ladjali (Actes Sud)
Bénédict a grandi entre l’Orient et l’Occident, bercé par la poésie soufie et le souffle de l’Apocalypse, debout au milieu des contraires. Plus tard, devenu Maître Laudes pour ses étudiants, professant la littérature comparée à l’université de Lausanne et, un semestre sur deux, à celle de Téhéran, son enseignement singulier et sa mystérieuse personne inspirent passions et sentiments contradictoires à son public.
Bénédict par Ladjali
Marcher à Kerguelen de François Garde (Gallimard)
Pendant vingt-cinq jours, dans la pluie, le vent et le froid, en l’absence de tout sentier, François Garde et ses compagnons ont réalisé la traversée intégrale de Kerguelen à pied en autonomie totale. Une aventure unique, tant sont rares les expéditions menées sur cette île déserte du sud de l’océan Indien aux confins des quarantièmes rugissants, une des plus inaccessibles du globe. Cette marche au milieu de paysages sublimes et inviolés, à laquelle l’auteur avait longtemps rêvé, l’a confronté quotidiennement à ses propres limites.
Marcher à Kerguelen
Plein hiver de Hélène Gaudy (Actes Sud)
Par une aube tranquille et glaciale, un jeune homme apparaît, seul, sur la route de Lisbon, dans le Nord des États-Unis. Aussitôt naît la rumeur qui bientôt envahit les rues de la ville : David Horn est revenu. Quatre ans plus tôt, le garçon de quatorze ans n’est pas rentré d’une soirée comme les autres au cours de laquelle, en compagnie de sa petite bande, il avait refait, rageur, le tour d’un univers étriqué circonscrit par la montagne, le ciel pâle, une rivière minuscule. Son retour perturbe l’équilibre de la communauté, qui s’était resserrée sur son absence, et suscite plus de méfiance que d’enthousiasme.
Plein hiver par Gaudy
Titus n’aimait pas Bérénice de Nathalie Azoulai (P. O. L.)
Quand on parle d’amour en France, Racine arrive toujours dans la conversation, à un moment ou à un autre, surtout quand il est question de chagrin, d’abandon. On ne cite pas Corneille, on cite Racine. Les gens déclament ses vers même sans les comprendre pour vous signifier une empathie, une émotion commune, une langue qui vous rapproche. Racine, c’est à la fois le patrimoine, mais quand on l’écoute bien, quand on s’y penche, c’est aussi du mystère, beaucoup de mystère. Autour de ce marbre classique et blanc, des ombres rôdent.
Titus n'aimait pas Bérénice par Azoulai


CATÉGORIE LITTÉRATURE "ADO"  :

Trop tôt de Jo Witek (Talents Hauts)
En voiture avec sa mère vers l’hôpital, Pia, 15 ans, se remémore les événements qui ont précédé ce moment : en vacances au bord de la mer, elle rencontre Nathan en boîte de nuit et vit avec lui sa première fois sur la plage. Le lendemain, elle a le cœur brisé quand elle comprend que leur relation n’est qu’une histoire d’un soir pour Nathan. Alors qu’elle remonte la pente, Pia s’aperçoit qu’elle est enceinte. Épaulée par ses amis et sa mère, elle décide d’avorter.
Trop tôt par Witek
Jessie des ténèbres de Yann Rambaud (Flammarion)
Jessie a quatorze ans. Jessie fait des cauchemars. Elle retourne toutes les nuits dans une maison plongée dans les ténèbres. Chaque pièce dissimule de terribles secrets, la clef de son intérieur, et chaque porte, chaque énigme, chaque épreuve traversée lui fait comprendre petit à petit le mystère de ses origines. Le jour, elle vit d’autres cauchemars. Des cauchemars éveillés, cette fois, les mauvaises blagues et les railleries de ses camarades au collège, les questions qu’elle se pose depuis qu’elle sait que son père et sa mère ne sont pas ses parents biologiques. Heureusement, les ténèbres de Jessie sont trouées par d’éclatantes lumières.
Jessie des ténèbres par Rambaud
D’un trait de fusain de Cathy Ytak (Talents Hauts)
1992. Mary, Monelle, Julien et Sami sont lycéens dans une école d’art. En cours de dessin, leur modèle préféré s’appelle Joos. Il est jeune, libre et beau. À l’âge des premières expériences amoureuses, l’épidémie de sida s’immisce brutalement dans leurs vies. La plupart des adultes se taisent et semblent ignorer la tragédie. Mary décide de briser le silence, d’affronter le regard de ses parents, de la société, et de s’engager.
D'un trait de fusain par Ytak
Oublier Camille de Gaël Aymon (Actes Sud Junior)
Yanis est sincèrement amoureux de Camille. Ils se sont rencontrés trois ans plus tôt. Pourtant, “être un mec” et “assurer” avec les filles, c’est plus facile à dire qu’à faire. Devenir un homme oui, mais quel homme ? Et est-ce que tous les hommes sont censés savoir instinctivement quoi faire ? Camille le trompe, lassée d’attendre qu’il fasse le premier pas, et lui avoue son dérapage dans une lettre. Yanis coupe brutalement les ponts avec elle, vacille, doute sur son identité. Il fait de nouvelles rencontres même si, une fois encore, il réalise que ce n’est jamais simple d’aller vers les autres…
Oublier Camille par Aymon
Comment je me suis débarrassé de ma mère de Gilles Abier (Actes Sud Junior)
Cinq nouvelles incisives qui malmènent les clichés sur l’amour maternel et filial. Une mère possessive au point d’éloigner toutes les petites amies de son fils. Une autre dévorée d’ambition prête à tout pour que sa fille devienne championne de tennis. Celle intrusive au point de pourrir la vie sociale de son rejeton sur Facebook. Mais aussi un fils agacé et méprisant qui a honte de sa mère... Des personnages qui se croisent et se retrouvent au fil des nouvelles. Une écriture jubilatoire et mordante, tant l’adolescence peut parfois se montrer impitoyable.
Comment je me suis débarrassé de ma mère par Abier

 

Le festival en images

Livres à vous 2016 Photos de JP Angei

Auteurs à l’honneur 2018

Witek Jo

Jo Witek est une écrivaine française, qui fut aussi comédienne, journaliste, (...)

+ lire la suite

Péju Pierre

Pierre Péju est romancier. Il est l’auteur de La Part du Sphinx (Ed. Robert (...)

+ lire la suite

Courgeon Rémi

Depuis qu’il est tout petit, Rémi Courgeon dessine. A l’école il s’amusait même (...)

+ lire la suite

A découvrir

teleramalogos